Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 janvier 2008

les "petites" milongas de Buenos Aires

Les danseurs de tango vont à Buenos Aires surtout pour danser... certains y consacrent tout leur temps, passant leurs soirées et leurs nuits sur les pistes de plusieurs milongas successives, et occupant le peu de temps qui leur reste, entre un réveil souvent tardif et la préparation pour aller danser,  à prendre des cours, à acheter des chaussures et des vêtements et éventuellement à se ballader dans cette belle ville, ou encore à faire une excursion à Tigre, histoire d'apaiser leur bonne conscience de touriste...

Et ces danseurs vont en général dans les milongas les plus courues, celles où il "faut" aller: El Beso bien sûr, mais aussi Maipu 444, Niño Bien, Canning, Gricel, la Viruta, méprisant les dizaines de milongas qui émaillent les rubriques idoines des revues de tango ...

Finalement, ils fréquentent  toujours les mêmes lieux. Normal, on y prend vite ses habitudes, on y a ses danseurs ou danseuses, parfois même sa place, on s'y sent en pays de connaissance... et on oublie qu'il y  a d'autres lieux, d'autres ambiances, d'autres danseurs.. on oublie d'être curieux...

Une vague saturation, une passagère envie de changement, l'invitation d'un danseur local... et on peut renoncer pour un soir à tel abrazo, à tel parfum, à tel cabeceo pour s'offrir l'inconnu... un quartier excentré, un lieu moins glamour... je vous en conterai deux.

A la Nacional, proche du Congrès, un escalier mal éclairé me conduit à une salle oblongue, très ordinaire, parquet entouré de tables et de chaises,  un placement peu "orthodoxe", assez libre, le rite milonguero y est moins prégnant. Installée, je découvre des danseurs connus, quelques-uns seulement, et des regards intéressés dans ce lieu moins touristique. Je me sens à l'aise, plus peut-être que dans certaines milongas que d'aucuns qualifient de "snobs", une décontraction certaine imprègne l'atmosphère... je m'y amuse beaucoup et admire une magnifique démonstration de Melina Brufman et Claudio Gonzales, du grand art. Avis aux amateurs!

A la Baldosa, milonga excentrée puisque située dans le quartier de Flores, en bout de ligne de métro, le samedi soir, on y dîne et on y danse.... familles, groupes d'amis, jeunes ou vieux, stars du tango ou danseurs du samedi soir (un peu comme les "conducteurs du dimanche"...), tout ce monde se mélange, se parle, se salue, s'amuse, des jeunes montrent leur inventivité, tel couple de maestros danse un tango tout en subilité et en modestie, les salsas et autres danses tropicales font lever toute l'assistance... la cuisine y est agréable... ah! ce bife de quadril mitonné avec des pommes de terre et des légumes !! un délice !!! et la soirée s'étire, s'étire, jusqu'à ce que les pieds demandent grâce... puis... rendent grâce !

Conclusion, quand vous allez à Buenos Aires, osez sortir des sentiers battus !!!

 

Commentaires

Ça donne envie d'y aller... Tiens, je vais justement à Buenos Aires dans dix jours !

Écrit par : KroniK | 25 janvier 2008

Je comprends bien de quoi tu parles, je souscris à tes propos...pour avoir cotoyé les "chicas francesas" qui vont pour danser à BsAs, il semble évident qu'elles n'iront pas dans ces lieux où elles ne trouveront pas leurs habituels partenaires, sauf à être accompagnées, quant aux lieux excentrés où les taxis se font rares, c'est la crainte qui l'emporte, cela dit, au prochain séjour nous (le couple) iront danser ailleurs que dans le centre.

Écrit par : roger de Monique | 26 janvier 2008

Les commentaires sont fermés.