Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 mars 2008

Joe et Lucila bientôt à Genève !!!

 Joe Corbata et Lucila Cionci sont à Buenos Aires et font partie des danseurs et maestros choisis pour participer au prestigieux CITA, Congrès international de tango argentin... quelques jours après, ils arriveront pour quelques mois de tournée en Europe, tournée qui commencera par Genève....
786775089.jpg1468067926.jpg

PROGRAMME

Samedi 19 avril, à la cafétéria de l’UIT, à partir de 21h30, soirée avec démo, animée par Fernando El Poeta. Entrée (boissons comprises) stagiaires/+65 ans/-25ans 20F/13E; autres 25F/15E

Mercredi 16 avril : practica au collège de Budé, de 19h à 22 heures: ceux qui ont déjà participé à des practicas avec Joe et Lucila savent que c'est une expérience à faire et à refaire !!! On y travaille de façon ludique, on y danse beaucoup, on y apprend beaucoup et on s'amuse beaucoup !!! 

Prix: abonnés à l’année 12F/8E, participants réguliers à la practica (abonnés pour 3ème trimestre ou plus de 10 participations depuis septembre) 20F/13E, autres 30F/20E .... Inscription obligatoire! 

VENDREDI-DIMANCHE: STAGE  (Inscription et paiement jusqu’au 2 avril: 10% de réduction)
Vendredi  18h30 - 20h technique hommes et technique femmes en parallèle; 20h15-21h45  technique couples : changements d'abrazo, changements de poids, équilibre et posture. Ces cours permettent de travailler les bases, encore et encore, et de profiter mieux des autres cours du stage. 
Samedi : 12h30 – 14 heures: tango débutants/intermédiaires (minimum 6 mois de tango); 14h30-16h  boleos, rappel de la technique, différentes amplitudes de mouvement selon l'occupation de la piste...; 16h30 - 18h : les tours, en abrazo fermé et en abrazo ouvert (1) Dimanche 15h30 - 17h : amagues ("feintes") altérations et musicalité 17h30 - 19h : les tours, en abrazo fermé et en abrazo ouvert (2)
Prix des cours : 1 cours 35F/22E (technique 27 frs/17E); 2 ou 3 cours : 32F/20E le cours; 4 cours et plus : 27F/17E le cours Nombre de couples : 12 maximum par cours. Si vous n’avez pas de partenaire, annoncez-vous rapidement !

Cours particuliers (130 frs l’heure) : les mardi 15, jeudi 17, vendredi 18 et dimanche 19 avril. IL RESTE TRES PEU DE PLACES !

Pour me contacter: helene.eckert@hotmail.com , par tél. 0792494817 (Suisse) ou 0608992373 (France) .... et le programme est aussi sur www.almatango.com

17 mars 2008

Un poème d'Atilio Veron

Atilio Veron organise deux milongas à Buenos Aires, l'une à Maipu 444 le mardi soir - je vous la recommande pour le niveau de danse et l'ambiance ! - et l'autre le lundi au Club Region leonese (où a lieu Nino Bien le jeudi).

Mais Atilio est aussi écrivain, et vient de gagner un prix de plus, en Espagne, pour une de ses nouvelles...

Le texte que je vous livre aujourd'hui, avec son accord, est un poème qui a trait au tango, un poème qui m'a émue...

ACUARELA MILONGUERA

Un tropel de voces y risas

se adueña del salón

y entretiene o alarga

el tiempo de la espera.

Languidecen los murmullos

y entre los pliegues de un silencio casi artificial,

que se va abriendo paso

a través del rumor moribundo,

asoman, tentadores,

los compases de un tango.

La legión de cabezas se alborota.

Y decenas de ojos inquietos

se apresuran, enredan, resbalan,

tropiezan y esquivan miradas insistentes,

se distraen, y vuelven a buscar

en el desordenado mosaico de rostros

Ll señal de otros ojos

que acompañen el tenue cabeceo

y el susurrado convite en los labios.

Se levantan, se encuentran;

Se saludan.

Cambian palabras amables, banales;

Sonríen y se aprontan;

Se abrazan, se acomodan,

se vislumbran y esperan.

Se disponen.

Y, lentamente,

como se desliza un barco

que se aleja del puerto,

inician un viaje de apenas tres minutos,

inmersos en la burbuja atemporal

en la que, mágicamente,

los instaló ese tango.

Seguramente él estará atento

al mandato de su musa

que, insaciable, lo desafía

a completar el esbozo de la figura.

que imaginó en ese instante.

O quizá, simplemente,

extasiado por la música

y cobijado

en la calidez de ese abrazo

se deje ir.

Es posible que ella,

incentivada por el compás

que irrumpe con entusiasmo

sobre la melodía,

se aparte levemente

para entreverarse en el juego

de giros, sacadas y voleos

que él le propone.

O escuchando ese tango

recuerde otros momentos.

Y en el embeleso de un sueño

cierre los ojos

y se deje ir

también.

El viaje, fatalmente, termina.

La burbuja se deshace.

Las parejas regresan,

se agradecen, se halagan,

se prometen, sonríen,

se acompañan, se devuelven.

Habrá otro tiempo, otra espera

y, nuevamente,

la multitud de rostros

ansiosos, cansinos,

coloridos, palpitantes,

buscará en otros ojos

tristones, primorosos,

lánguidos, desafiantes,

la coincidencia fugaz

de una mirada que los invite

a una nueva aventura

para poder soñar

aunque sea,

tan sólo,

tres minutos más.

11 mars 2008

gâteau au chocolat

Voici la recette d'un délicieux gâteau au chocolat, donnée par mon amie Roberte et adpatée par moi:

Pour une dizaine de personnes, prendre un gros moule à cake, 250 gr de margarine (à base d'huile non hydrogénée), 250 gr de sucre, 7 ou 8 jaunes d'oeufs (j'en mets 6 ou 7 en fait), 8 blances d'oeuf, 250 gr. de chocolat noir, 200 gr d'amandes moulues, 5 cuill. à soupe rases de fécule de pomme de terre. Pour le glaçage: 150 gr de chocolat noir, du lait d'amande.

Mettre le four à chauffer à 180°. Faire fondre le chocolat au micro-ondes ou dans une casserole. Faire fondre au bain-marie la margarine, ajouter le sucre, les jaunes, le chocolat fondu, les amandes et la fécule. Hors du feu, ajouter les blancs battus en neige.

Chemiser le moule de papier sulfurisé; mettre au four une heure environ à 180°.

Laisser refroidir. Préparer le glaçage en faisant fondre le chocolat dans du lait d'amande (un verre env.). Laisser refroidir le glaçage avant de l'étaler sur le gâteau....

Ce gâteau gagne à être fait un ou deux jours à l'avance et se garde très bien plusieurs jours..

Bon appétit !

 

10 mars 2008

le 8 mars, journée de la Femme - el 8 de marzo, dia de la mujer

Voici un beau texte que m'a envoyé une amie argentine, Alicia. Vous le trouverze ci-après en espagnol et en français.

Una amiga argentina me envio el texto siguiente. Lo pusé en  frances y en castellano.

 

Une femme est l’histoire de ses actes et de ses pensées, de ses cellules et de ses neurones, de ses blessures et de ses enthousiasmes, de ses amours et de ses désamours. Une femme est inévitablement l’histoire de son ventre, des graines qui y ont germé, des graines qui n’ont pas porté de fruit, des graines que n’y germent plus, et de ce moment, le seul moment où elle est une déesse. Une femme est l’histoire du dérisoire, du trivial, du quotidien, la somme des non-dits. Une femme est toujours l’histoire de beaucoup d’hommes. Elle est l’histoire de son peuple et de sa race. Elle est aussi l’histoire de ses racines et de ses origines, de chaque femme nourrie par celle qui l’a  précédée pour qu’elle puisse naître : une femme est l’histoire de son sang. Mais c’est aussi l’histoire d’une conscience et de ses luttes intérieures. C’est aussi l’histoire de son utopie. (Marcela Serrano: "Antigua Vida Mía", Alfaguara, 1995)

 

Una mujer es la historia de sus actos y pensamientos, de sus células y neuronas, de sus heridas y entusiasmos, de sus amores y desamores.Una mujer es inevitablemente la historia de su vientre, de las semillas que en él fecundaron, o no lo hicieron, o dejaron de hacerlo, y del momento aquel, el único en que se es diosa.Una mujer es la historia de lo pequeño, lo trivial, lo cotidiano, la
suma de lo callado.Una mujer es siempre la historia de muchos hombres.Una mujer es la historia de su pueblo y de su raza. Y es la historia de sus raíces y de su origen, de cada mujer que fue alimentada por la anterior para que ella naciera: una mujer es la historia de su sangre.Pero también es la historia de una conciencia y de sus luchas interiores. También una mujer es la historia de su
utopía. (Marcela Serrano: "Antigua Vida Mía", Alfaguara, 1995)