Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 novembre 2008

Tango, enfin !

Ces quelques premiers jours à Buenos Aires furent relativement calmes; sans doute avais-je besoin de décompresser après une longue période  de tourmente professionnelle... 

Après une visite chez Hector l'ostéopathe (dont je vous livrerai volontiers les coordonnées), je me suis offert une soirée.... lecture !  

Trois milongas en 4 jours quand même:

- Maipu rassemble le dimanche de très bons danseurs, dont quelques "colonels" .... bonne occasion de se remettre dans le bain : après quelques tandas (séries de morceaux), je suis rentrée, encore sous le coup du décalage horaire, contente mais ensommeillée !

- Mi Refugio, milonga organisée par mon ami Atilio, attire pas mal de monde le lundi à partir de 19 heures. Atilio nous (Lili, Anne et moi) avait prévu une bonne table: quel accueil ! une table au bord de la piste, bien placée et la soirée fut un vrai bonheur. Retrouvailles avec des danseurs déjà connus, rencontre de nouveaux danseurs, regards  "fuyants"  pour échapper à certains autres... Quatre heures de tourbillon, au bout desquelles un gros orteil a décidé qu'il n'en pouvait plus. Retour forcé à l'écurie !

- Maipu encore, pour la milonga du mardi, organisée par Atilio et Juan: ambiance garantie, bons danseurs, beaucoup de monde... la photo ci-dessous y a été prise. Quelle soirée ! Danse, besos, rires, belles rencontres... et le charme opère une fois de plus, la magie tanguera, la magie argentine.

PS records de température battus: en 50 ans, il n'a jamais fait aussi chaud ! 

DSCF2996.JPG

Commentaires

S'il est sérieux cet ostéopathe, j'aimerai bien connaitre l'adresse.

Écrit par : Le Petit Brun | 27 novembre 2008

La magie tanguera opère aussi à travers ton blog!

Écrit par : Roberte | 27 novembre 2008

Au petit brun: l'ostéopathe est à 12000 km de chez toi: tu veux quand même l'adresse ???

Écrit par : hélène | 27 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.