Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 décembre 2008

Il y a aussi des milongas "galères" !

Sur la photo, vous voyez des chevelures, souvent belles: elles appartiennent aux danseuses placées devant Lili et moi samedi dernier à Maipu, à la milonga Cachirulo organisée par Hector et Norma... Nous arrivons assez tôt et Hector nous place à la 4ème rangée de dames !!! près des toilettes, et nous profitons des odeurs de cuisine en prime!!! Autant dire que tant qu'il y a eu beaucoup de monde, les regards des messieurs n'arrivaient pas jusqu'à nous... quand enfin les rangs se sont dispersés et que certains cabeceos nous sont parvenus, nous étions quasiment ankylosées et plus au meilleur de notre forme pour bien danser. 

Sachez donc qu'Hector est une redoutable commerçant, mais que son relationnel s'arrête là. Il place
DSCF3093.JPGsystématiquement les Argentines puis les étrangères bcbg (beau c.. belle gu...) et/ou bonnes danseuses dans les premières rangées. Vous êtes un peu moins jeune ? Poubelle ! vous êtes là pour payer ! et ne vous avisez pas de profiter d'une chaise mieux placée qui se libère: Hector ou Norma vous rappelle immédiatement à l'ordre !

Il reste que cette milonga attire les meilleurs danseurs et en nombre: si vous êtes à Buenos Aires et que vous dansez le tango, mais n'entrez pas dans les catégories citées plus haut (cela vaut aussi pour les messieurs), allez y faire un tour juste pour regarder, sans attendre autre chose...

Le lendemain, dimanche, j'ai suivi des amis à Gricel. Je dois préciser qu'ils ne sont pas encore tout à fait familiarisés avec le monde du tango porteño. Arrivée tôt, je constate dès le premier coup d'oeil que la milonga du dimanche soir y est une milonga pour couples, les tables étant occupées par ceux-ci, sans les traditionnelles parties "hommes" et "femmes". Quelques-unes sont certes occupées par des messieurs et les quelques femmes seules, dont moi, sont prises d'assaut à chaque début de tanda! Malheureusement, la danse est de piètre qualité, le corps souffre et le plaisir est absent.

Parfois, il suffit d'une tanda pour qu'une soirée soit un bonheur: deux tandas avec Jorg, l'un des amis de Genève, danseur délicieux, ont sauvé ma soirée !!!!

 

Commentaires

Ils n'ont donc pas changé ces deux-là !
Exécrable mentalité mercantile...

Écrit par : KroniK | 02 décembre 2008

Un exemple de mentalité que nous connaissons de ce côté de l'atlantique, non?l'important est de se situer dans la bonne catégorie...ou fréquenter les repas dansants organisés par les anciens combattants ou le club de rugby du coin, ou encore créer sa propre milonga d'où les bcbg seraient exclues, bon ce sont des c........il y aura des jours meilleurs.

Écrit par : roger de Monique | 03 décembre 2008

Roger, il est justement question de n'exclure personne, ni les bcbg, ni les habitués, ni les touristes...trouver un équilibre... pourquoi avec certains organisateurs, je me trouve très bien placée, ce qui veut dire que je danse beaucoup, et avec d'autres très mal ??? tout cela n'a bien sûr pas grande importance, au fond !

Écrit par : hélène | 03 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.