Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 novembre 2009

Valparaiso

En tête, ceci représente bien les couleurs de Valparaiso. J'y ai passé une journée, en partant de Santiago à 8 heures (très tôt pour les tangueros chiliens, qui vont danser après minuit, voire à 2h du matin) en bus, très confortable, pour 1h30 de trajet, et en rentrant le soir vers 19h30 à Santiago.

DSCF7128.JPG

Cette maison est appelée "la proa" (la proue): évident, non ?

DSCF7098.JPG

Valparaiso, ville des "cerros" (montagnes), des escaliers et des ascenseurs....Valparaiso (le Val du Paradis), ville de 285 000 habitants bâtie sur les flancs de 42 collines (cerros), est la première ville fondée par les Espagnols à leur arrivée au Chili.

DSCF7101.JPG

Escaliers, donc, et couleurs !

DSCF7103.JPG
Une des particularités de Valparaiso est sans nul doute ses ascenseurs (los ascensores) qui grimpent dans les collines. Ce sont plutôt des funiculaires, wagonnets en tôles ou en bois peints qui tirés par des câbles d’acier, escaladent des pentes très raides. Vingt-cinq ascenseurs ont été construits entre 1883 et 1915. Il en reste actuellement une quinzaine dont dix, inscrits au patrimoine mondial de l’humanité, fonctionnent encore.

DSCF7107.JPG

Vue sur le Pacifique. Valparaiso est depuis toujours le port de Santiago. En pleine expansion jusqu’au percement du canal de Panama, principale étape des navigateurs qui doublaient le Cap Horn, il accueillait au XIX ème siècle les baleiniers qui chassaient dans le Pacifique Sud.

DSCF7108.JPG

Vue d'ensemble: à noter que les câbles électriques et téléphoniques ne sont pas encore enfouis.

DSCF7116.JPG

en haut du Cerro Conception

DSCF7131.JPG
DSCF7122.JPG
Pour vous donner une idée des dénivelés. La ville est pleine d'escaliers, de rampes, de monte-charges à crémaillère et d'ascenseurs.  En plus, les affiches électorales fleurissent, les élections vont avoir lieu en décembre, pour le Parlement et pour la présidence: Michèle Bachelet, très aimée et respectée, devra céder sa place...
DSCF7141.JPG

A-pic impressionnant !

DSCF7144.JPG

Vue sur le port...

DSCF7145.JPG

Un ascenseur. Ne pas oublier qu'il a un bon siècle !

DSCF7157.JPG

Toujours des escaliers, des maisons colorées et des câbles

DSCF7158.JPG

On voit aussi beaucoup de façades peintes, c'est beau, non ? Celle-ci appelle au respect du peuple Mapuche, dont le statut devrait changer en 2010, car le Chili de Bachelet a signé, 20 ans après son adoption par l'Organisation internationale du travail, la Convention relative aux peuples indigènes et tribaux.

DSCF7159.JPG

Lors d'une de mes nombreuses descentes ou montées d'escaliers... le lendemain, j'avais des courbatures !

DSCF7161.JPG

Façades colorées

DSCF7175.JPG
DSCF7177.JPG

Murs peints

DSCF7183.JPG

 

DSCF7188.JPG

 

DSCF7190.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

02:01 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (2)

23 novembre 2009

Un tour à Santiago du Chili: tourisme et tango !

Le Chili, c'est Pablo Neruda.... il a voulu sa maison de Santiago, la Chascona, comme un bateau: les plafonds y sont si bas qu'il a accroché des photos de ses yeux pour éviter au visiteur de s'assommer !

DSCF7002.JPG

Un yogi dans un parc, en plein centre-ville...

DSCF6974.JPG

Les maisons de toutes les couleurs, très typiques ici... sous la grisaille du smog local, voilà qui égaie l'atmosphère.

DSCF6984.JPG

Autre rue, autres couleurs...

DSCF6982.JPG

Le bar d'été de la Chascona: Neruda y recevait ses amis dans un sacré bric-à-brac... il faut dire qu'il était collectionneur dans l'âme, passion à laquelle ses multiples voyages en tant qu'ambassadeur lui ont permis de s'adonner sans réserve.

DSCF6999.JPG

Le marché central: on y trouve surtout poissons et fruits de mer en abondance, et restaurants pour les déguster !

DSCF7021.JPG

Etals de poissons

DSCF7009.JPG

Appétissant, non ?

DSCF7016.JPG

 

Une ruelle de façades colorées, barrée par un imposant palmier.
DSCF7065.JPG

Voyant de l'animation à l'intérieur, en ce dimanche matin, nous avons franchi le seuil et découvert une journée portes ouvertes d'une école pratique: professeurs et élèves y montraient leur production et offraient divers services à des prix imbattables: pâtisseries, plats de résistance, confiseries, tricots, broderies, décorations en porcelaine, manucure, soins du visage, massages.. le tout dans une ambiance bon enfant mais aussi bien organisée, très "propre en ordre".

 

 

DSCF7069.JPG

Devant une maison, nous avisons une liste de mots à la craie: chambar, chicha morada et seco de carne ...????  une dame nous explique qu'il s'agit de cuisine péruvienne. La porte est entrebaillée, nous entrons et voici ce que nous voyons: comme sur la photo, une cour bien encombrée. Sur le côté, une pièce transformée le dimanche en restaurant ! il y a deux tables, nous parlons avec le cuisinier qui nous explique que la chicha morada est une boisson à base de maïs... nous voilà attablées devant un grand verre de ce délicieux breuvage, en compagnie d'un Péruvien qui mange une grande assiette de chambar (une soupe aux céréales) et d'une Péruvienne qui elle a choisi le seco, un ragoût de viande avec du riz et des haricots, qui a l'air bien bon. Nous bavardons un moment avec eux, avant de laisser nos places à ceux qui attendent leur tour. Derrière un rideau, nous devinons une grande agitation toute familiale... mauve) qui est une boisson douce sucrée faite d'eau teintée de la couleur de ce maïs mauve sombre, d'un peu de citron et de sucre. Boisson un peu familiale, accesssible à tous.

 

DSCF7068.JPG

Encore une ruelle dans le même quartier...

 

 

DSCF7073.JPG

Prochain billet: Valparaiso !

 

02:19 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (2)

17 novembre 2009

Images de Buenos Aires

 

La Plaza Lavalle, avec au fond l'obélisque et l'avenue 9 de Julio: donc à 2 pas de l'avenue qui a la réputation d'être la plus large du monde (16 ou 17 voies, je ne sais plus), on se retrouve au vert et au calme !
DSCF6848.JPG
J'ai même trouvé une piste cyclable ! ici, les cyclistes sont nombreux dans le parc de Palermo, mais rares dans la circulation: ils tiennent à rester en vie !
DSCF6844.JPG
Explosion du printemps au Rosedal
DSCF6872.JPG
Le musée Fernandez Blanco, ancienne résidence néo-coloniale, vaut le détour: bien caché au bout de la rue Suipacha, il détonne sur les grandes tours qui l'entourent. Le week-end dernier, il abritait le salon du livre ancien, très intéressant, où j'ai vu des quantités d'ouvrages français... les Argentins étaient très francophiles, n'est-ce-pas ?
DSCF6886.JPG
L'affiche du salon du livre ancien, jolie, non ?
DSCF6949.JPG

Les déluges qui tombent assez souvent ces temps-ci sur la ville...

DSCF6952.JPG

Pour finir, très belle soirée au Torquato Tasso, avec le Quinteto Real et le Sexteto Mayor !

 

DSCF6941.JPG

 

 

 

08 novembre 2009

un dimanche ensoleillé

 

Une belle journée, chaude sans trop, juste ce qu'il fallait pour aller du côté du MALBA (Musée des arts latinoaméricains de Buenos Aires), dont la construction a moins de 10 ans, et voir l'exposition Andy Warhol: très intéressante, surtout grâce à un très beau travail de muséographie ! Visite suivie d'un délicieux déjeuner au "café" du musée, en fait un très bon restaurant dont le chef est français. Ci-dessous, vue de la terrasse du restaurant.
DSCF6843.JPG

 

MALBA: l'envers du décor ... Photo prise depuis la terrasse du musée.
DSCF6835.JPG

 

DSCF6841.JPG

Et, pour finir en beauté, l'étage réservé à la peinture latinoaméricaine contemporaine (j'ai appris que cela veut dire depuis les années 60, avant c'était la peinture "moderne"): je me suis régalée au milieu des Kahlo, Rivera et autres Botero !

 

 

 

 

Un tour au Jardin botanique

 

Après quelques jours sans beaucoup de sorties, je suis allée du côté du Jardin botanique et les jacarandas en fleurs m'ont explosé à la figure ! Les beaux jours sont bien là, légèreté, chaleur, les tenues changent, les couleurs s'éclairent... un grillon me tient compagnie: il s'est installé sur mon balcon et stridule dès la tombée du jour.
DSCF6797.JPG

Les jaracandas sont originaires du nord de l'Argentine, c'est le Français Jean-Charles Thays, devenu Carlos Thays, qui les a plantés en quantité à Buenos-Aires. Thays s'y est installé vers le début du XXème siècle. Il est devenu Directeur des parcs et promenades de la ville et a remodelé le paysage urbain de la capitale et de plusieurs villes de province.  On lui doit ainsi le parc de Palermo et ses étendues d'eau et le Jardin botanique, dont voici un aperçu.

 

DSCF6820.JPG

Ce soir... quelques heures de milonga: je me remets gentiment dans le circuit !